Digital · Marketing digital

La 4ième édition de VIVATECH 2019 « L’innovation de demain »

Viva Technology ou VivaTech, est un salon consacré à l’innovation technologique et aux start-up créé en 2016 qui rassemble tous les professionnels et passionnés de la technologie et de l’innovation. Il se tient tous les ans Porte de Versailles à Paris, organisé par les groupes Les Echos et Publicis. Les deux premiers jours de VivaTech s’adressent exclusivement aux start-up, investisseurs, exécutifs, étudiants et académiques. L’événement est ouvert au grand public le troisième jour.

Cette année ce salon s’est déroulé du 16 au 18 mai 2019, dans les halls 1 et 2 pour satisfaire le plus grand nombre de visiteurs et accueillir un grand nombre de start-up et autres groupes. Cet événement incontournable en France devient de plus en plus international. Cette année, l’Europe a été mise en avant et à cette occasion les PDG des Echos et Publicis ont pu faire venir trois commissaires européens, ce qui est un message fort pour cette édition.

  • Découverte de l’évolution de Google avec un parcours à faire sur leur stand
  • Dégustation chez LVMH (Honest, Jay & joy) et le groupe Accor (dessert excellent)
  • Guerlain a proposé un univers différent : sensoriel et olfactif. N’hésitez pas à aller voir leur page Olfaplay, l’expérience sur le stand consistait à répondre aux questions à une enceinte connectée sur l’univers du parfum afin d’obtenir trois propositions de parfums correspondant au mieux au candidat.
  • Zénith a proposé la toute première montre mécanique la plus précise au monde grâce à son nouvel oscillateur. Elle est triplement certifiée et reflète tout en matière d’innovation et de haute précision, cette montre « Zenith Defy Lab » montre une étape majeure dans la mesure du temps. Elle bat à une fréquence de 15 Htz avec une amplitude de plus ou moins 6 degrés, qui confère une précision hors norme. Defy Lab est la première montre réalisée en Aéronith (un composite en aluminium plus léger que le titane, l’aluminium et que la fibre de carbonne).
  • LVMH nous a présenté ses nouveaux sacs qui seront commercialisés en 2020 avec du contenu vidéo diffusée sur l’extérieur. (ci-joint une photo) Les prix n’ont pas été dévoilés.

Découverte de plusieurs start-ups :

  • Alberts smothies (fruit & veggies) disponible uniquement en Belgique pour le moment, mais une superbe découverte à ce salon !
  • J’ai découvert une jeune start-up qui essaie de se faire connaitre « the place to wish » n’hésitez pas à aller découvrir leur site : ça peut vraiment donner de bonnes idées à tous.
  • Enfin une start-up incubée par le groupe TF1, en ce qui concerne la partie vidéo : playplay.video  qui concerne surtout les professionnel mais hyper intéressant donc je vous laisse contacter Clément par mail : clement@playplay.video

L’équipe TF1 permettait aux visiteurs le dernier jour de se faire prendre en photo comme un présentateur de TF1, une belle photo souvenir de Vivatech 2019 !

L’avenir avec les voitures électriques :

Et les robots qui vont révolutionner le futur…

En quelques chiffres :

Cette année le salon a réuni 124 000 personnes

125 pays, 13 000 startups, 3300 investisseurs, 2500 journalistes

Un reach de 231 millions de personnes sur les réseaux sociaux

C’est un de mes salons préférés, en termes d’innovation, de projection dans le futur, des nouvelles manières de communiquer, des nouvelles idées avec les voitures électriques, l’écologie, le digital et les moyens d’inventer l’avenir !

Je remercie Guillaume pour son invitation qui m’a permis d’assister à la conférence de presse tenue par la Commission Européenne.

Encore un succès pour Vivatech, nous attendons tous impatiemment 2020 !

Les jumelles

Digital · Marketing digital

Les jeunes Français passent en moyenne près de 3 heures par jour sur leur mobile !

Voici un très bel article que nous avons décidé de partager du blog marketing mobile.

A l’occasion d’une conférence organisée par l’IAB, l’IREP et le CESP, Julien Rosanvallon, Directeur exécutif chez Mediametrie, a publié les dernières données d’usage du mobile en France.

Et selon les observations de Médiamétrie, réalisées auprès d’un panel de 10 000 mobinautes, la consommation de cet écran explose et représente désormais quotidiennement 1 heure et 16 minutes contre à peine 32 minutes pour l’ordinateur et 15 minutes pour la tablette.

Pour les moins de 15/24 ans, l’étude Médiamétrie évoque même un temps d’écran de 3h19 dont 2 h 52 pour le seul téléphone mobile, 20 minutes pour la tablette et 56 minutes pour le desktop.

« Ces chiffres ont beaucoup progressé au cours des 6 derniers mois » observe Julien Rosanvallon, Directeur exécutif chez Mediametrie.

En début d’année, Médiamétrie estimait en effet que les 15-24 ans passaient en moyenne deux heures par jour sur leur téléphone mobile. Un chiffre en forte hausse mais encore loin des 4 heures quotidiennes, passées en moyenne par les indonésiens sur un téléphone portable…

Digital · Marketing digital

Drive to store : Le pouvoir de la data mobile géolocalisée !

 C’est une technique de marketing possible grâce aux nouvelles technologies (4G,5G, géolocalisation, capacité à connaître et récupérer les données de consommation des mobinautes), dans le but d’attirer les consommateurs dans un point de vente physique.

1-  L’état des lieux du commerce en France

85% des mobinautes (hyper connectés) surfent tous les jours sur leur mobile, les Français (accros) passent 2h27 par jour sur le sur mobile et 64% d’entre eux utilisent leur mobile pour localiser le magasin le plus proche.

Il est indéniable que le e-commerce s’est développé à une telle vitesse que l’on aurait pu croire qu’il représentait l’avenir ; toutefois, si le e-commerce bénéficie de frais réduits (pas de loyer, ni eau, ni électricité, ni main d’œuvre…). Il se trouve confronté à une politique de « retours» très coûteuse car le consommateur a besoin de voir, toucher, essayer. Ceci se vérifie, car des géants du web comme Amazon ou Spartoo ouvrent des points de vente en créant des lieux physiques à partir des données collectées sur leur site. Ref : Spartoo (journal du net, e-business expert – Anne Marie Schwab) souhaite proposer 50 boutiques en France en 2018.

91% des achats se font en boutique même si 86% des Français font des recherches en ligne avant de se rendre en boutique (Sevad-2017).

2- Drive-to-store

La collecte des données de localisation

Cette collecte se fait selon plusieurs technologies :

In-Store :

  • Par le Wifi proposé par les entreprises et qui leur fournit une connaissance pointue de leurs visiteurs.
  • Par le tracking beacon, qui utilise des balises Bluetooth, la localisation est plus précise.

Out-of-Store :

  • SDK (Software Development Kit) est une ligne de code dans les applications des éditeurs d’impression (Figaro, Monde, …), c’est ainsi que Facebook trace ses adhérents toute la journée, l’inconvénient est que cela augmente la consommation de la batterie du smartphone et donc freine l’installation des applications. Schéma explication ci-dessous.
  • Bid Request permet de recollecter les données de géolocalisation par les plateformes publicitaires programmatiques (Ad-Exchange) cette technologie est moins intrusive que SDK, car elle ne nécessite pas l’installation d’un module sur les applications des éditeurs.
  •  RGPD : Règlement Européen sur la Protection des Données, impose aux entreprises de se mettre en conformité avant mai 2018 faute d’une amende de 4% de leur chiffre d’affaire. L’exigence clé du RGPD est que le consentement du consommateur doit être explicité et renouvelé tous les ans, de plus, les données doivent être anonymisées de manière irréversible.

Les solutions Drive-to-Store sont des DMP (Data Management Platform) qui collectent des données de localisation (soit in store, soit out of store) afin d’optimiser l’achat d’impressions en temps-réel (seule la publicité du plus offrant apparaîtra sur l’écran de l’utilisateur : principe de la publicité programmatique) pour générer du trafic physique en magasin.

  •  Objectifs du drive to store

L’objectif est de générer un trafic qualifié en magasin via des technologies web – mobiles. Le drive-to-store tire profit de l’essor des smartphones. 

Moyens stratégiques

Les campagnes géolocalisées : emailings, publicités sur mobile et desktop, ciblage affiné, notification push ; Campagnes géolocalisées : utiliser les données de localisation pour modéliser le profil des mobinautes. Les signaux de localisation collectés grâce au réseau d’applications partenaires permettent d’établir des profils de consommation type.

Le couponing : bons de réductions distribués en ligne et à utiliser en magasin ;

Le beacon : utilisation de boitier bluetooth qui permet de dialoguer avec les smartphones dans un certain périmètres ;

Les fonctionnalités pour optimiser la logistique tels que le click and collect, le store locator, etc.

Le click and collect :  passer sa commande en un click sur internet et aller la récupérer dans le magasin quelques heures après les jeux concours ;

Le geofencing : proximité du magasin, après avoir défini une zone géographique virtuelle autour de leurs points de vente, les entreprises envoient un SMS aux prospects lorsqu’ils entrent dans cette zone.

Autres leviers :

–          Search : pour générer des visites en point de vente (la nature des résultats adwords et résultats naturels) et Search payant : Grand capacité de ciblage (liens sponsorisés qui permettent de cibler des prospects déjà intéressés par des produits ou enseignes).

–          Emailing : (direct ou indirect)

–          Email Push : l’approche directe

–          La newsletter : l’approche indirecte

–          Data Driven Emailing : gérer efficacement de nombreuses data

–          Display : permet d’exposer les shoppers à un message publicitaire lorsqu’ils naviguent sur internet depuis leur smartphone lorsqu’ils se situent près d’un point de vente.

  Réseaux sociaux :

Les call to action (FB) : obtenir une adresse, appeler de suite ou envoyer un message

FB : format image, vidéo, ou carrousel

Instagram : Carrousel, image, vidéo, stories (une communauté engagée, géolocalisation first, une pluralité de format).

Snapchat : Snap AD, lenses, filtres géolocalisés, format stories (un cœur de cible spécifique (plutôt Gen Z), tendance (formats créatifs, et innovations technologiques), earn media (photos avec des filtres et des lenses « brandés ».

Facebook est un bon levier parce qu’il y a une communauté nombreuse (portée planétaire), un géotargeting efficace (lieux, âge, sexe, langues), une pluralité de format (image, vidéo, carrousel, call to action).

Jeux concours : ludiques et attrayants, diffusion en multiplateformes : le couponing, jeu à obligation d’achat, click and print, les influenceurs : réels spécialistes du buzz en ligne (augmentation de la notoriété, captation d’audiences ciblées, diffusion et création d’un contenu original, ils peuvent faire des posts sponsorisés, promotion d’événements, couponing.

–          Digital Out Of Home (DOOH) : format (Beacon, GPS, Wifi)

–          Billboard : interactif, adaptabilité, temps réel.

–          Plateforme vidéo : exemple Leroy Merlin : donner des conseils pour les bricoleurs sur une chaîne YouTube (à la fin des vidéos un message renvoie vers des professionnels de la marque).

–          Chatbot : messagerie instantanée qui a pour fonction d’interpeller le client sur le site et de l’orienter si besoin vers une personne de l’entreprise.

–          Boutique en ligne des enseignes : ex : Décathlon qui propose la possibilité de retirer en magasin des produits commandés sur internet, le retrait en point de vente est gratuit, incite le client à se rendre en magasin et peut ainsi consulter d’autres articles pour provoquer un autre acte d’achat.

Avantages et inconvénients

Le drive-to-store offre aux enseignes de nouvelles opportunités de contact avec leur clientèle en communiquant à certaines heures, en proposant des opérations de fidélisation, ou des offres spéciales pour capturer les clients de leurs concurrents.

Pour mieux comprendre le drive-to-store, comment la donnée est-elle collectée, vous trouverez à travers ce tableau les avantages et inconvénients de chacun :

 exemples

Un exemple de campagne:

Spécialiste de l’aménagement de la maison, Lapeyre a décidé de tester de la radio en programmatique (spot audio diffusé sur webradios, podcasts et plateformes musicales) avec le trading desk AMNET sur le conseil de son agence média Vizeum dans le cadre d’un dispositif drive-to-store.

« Non seulement les statistiques de taux de lecture de nos spots sont régulièrement excellentes, mais nous mesurons depuis quelques mois, le trafic physique amené en magasins pour prouver l’efficacité réelle de nos dispositifs » précise Marie Le Guével, CEO d’AMNET.

Adsquare – mobile data exchange, activé ici comme tiers de confiance mesureur sur la dernière activation, via le DSP AudioMatic (Adswizz), a pu en effet, enregistrer une augmentation de +144% du trafic en magasins Lapeyre sur les populations exposées au spot audio diffusé par AMNET, par rapportà celles qui n’avaient pas été exposées à la publicité.

« Ces résultats sont très encourageants. L’activation de la radio de cette manière très tactique et en programmatique est un dispositif très intéressant que nous optimisons à chaque campagne », conclut Amandine Royer, Directrice e-Commerce chez Lapeyre.

Créé en 2012, AMNET France est un Trading Desk du groupe Dentsu Aegis, accompagnant plus de 200 annonceurs en France et à l’international, sur des problématiques RTB élargies allant du Branding à la Performance, en passant par le multi-screen, la création de DMP, et les nouveaux leviers digitaux programmatiques (TV, radio, OOH).

2-     Un autre exemple avec Waze:

L’application mobile Waze enregistre ses meilleurs pics de fréquentation l’été. Côté annonceurs, les enseignes alimentaires jouent gros pour faire venir en magasin les vacanciers. Des conseils pour bien communiquer.

L’application mobile Waze enregistre ses meilleurs pics de fréquentation l’été. Côté annonceurs, les enseignes alimentaires jouent gros pour faire venir en magasin les vacanciers. Des conseils pour bien communiquer.
[Waze]Waze© Waze

«L’été est un temps fort extrêmement important en termes d’acquisition clients. L’an passé, au mois de juillet et d’aout, nous avons augmenté notre audience de 17 %, c’est le plus gros pic annuel que nous connaissons » explique Adrien Raffard, directeur retail de Waze France, qui revendique désormais 10 millions d’utilisateurs dans l’Hexagone.
55 % des consommateurs prêts à changer d’enseignes pour les vacances

Les mois de juillet et d’aout, synonymes de vacances pour 71 % de Français, sont donc un temps fort pour les distributeurs alimentaires. le plus gros budget des vacanciers revient … aux courses alimentaires, qui représentent 39 % du budget des vacanciers (1410 euros en moyenne). 55 % d’entre eux se doisent prets à changer d’enseignes sur leur lieu de villégiature. L’enjeu est est donc important pour les magasins.

Pour se déplacer dans les zones touristiques, c’est-à-dire principalement le Sud Est, le Sud-Ouest et la façade Atlantique, de plus en plus d’automobilistes utilisent Waze. Ces « Wazers » passent ainsi plus de 9heures 20 sur l’application en juillet et août (contre 8 heures le reste de l’année)

Pic de fréquentation de l’appli Waze à l’été 2017 :
[https://www.lsa-conso.fr/mediatheque/6/3/8/000283836_illustration_large.jpg]
La proximité, premier critère d’achat en vacances

[https://www.lsa-conso.fr/mediatheque/7/7/1/000192177_illustration_large.jpg]Durant cette période, les critères de choix d’une enseigne alimentaire évolue considérablement, explique Adrien Raffard (ci-contre) : « La proximité réelle ou perçue devient le premier critère de choix pour 33 % des Wazers, alors que la qualité des produits est le premier facteur déterminant (35%) le reste de l’année ».

Coller au calendrier
Pour profiter de cette opportunité, Waze a donc beau jeu de conseiller les distributeurs alimentaires, qui sont les premiers annonceurs de l’appli durant ces deux mois dans les zones touristiques citées. Il conseille donc de coller aux périodes de transhumance décrites ci-dessus, en prenant bien en compte le calendrier (week-ends, chassés, etc.) pour communiquer sur des offres spécifiques de l’enseigne. Ajoutez à cela les Pin’s, système de localisation préésent sur Waze qui permet d’indiquer la présence de son magasin, ce système offrant une visibilité de 75 %, explique Adrien Raffard. Comprendre : sur 10 utilisateurs de Waze, 7,5 d’entre eux verront en moyenne ce pin’s.

Conclusion :

Une évolution grandissante des comportements d’achats qui a donné naissance il y a quelques années au Community Management et a imposé ce métier comme relais de croissance pour le retail. Aujourd’hui, le consommateur construit sa réflexion d’achat sur internet puis se rend en magasin.

Sources : à demander !